Devenir chauffeur de taxi ou VTC : tout ce qu’il faut savoir !

En France, le marché du VTC et des taxis est en concurrence depuis quelques années. En effet, après la loi Grand guillaume, le nombre des VTC ont considérablement augmenté, ce qui n’a pas plu aux artisans-taxi français. Toutefois, ces deux métiers ont continué de fonctionner correctement afin de répondre aux besoins des habitants. Et le nombre de personnes souhaitant devenir chauffeur VTC ou chauffeur de taxi augmente de plus en plus. Dans ce sens, devenir VTC ou taxi n’est pas aussi simple que vous ne le pensez. Il y a certaines caractéristiques qui doivent être prises en compte et des démarches à suivre avant d’exercer le travail.

Comme taxi fontainebleau, les taxis ou VTC doivent respecter des règles, que ce soit avant ou pendant la pratique du travail. Et ce sont des investissements à prévoir outre le prix d’achat du véhicule à utiliser. Découvrez donc dans cet article les différentes facettes que vous devrez connaître avant de choisir de devenir VTC ou taxi. Ainsi, vous pourrez entrer dans le secteur en toute connaissance de cause.

La licence de taxi

Le métier de taxi est règlementé, notamment par l’obtention d’une licence de taxi qui constitue un gros investissement de départ. En effet, la licence de taxi est l’élément qui différencie les taxis aux VTC qui, eux, n’ont pas besoin de licence. Diverses formalités sont alors à respecter pour obtenir cette licence, et pour en savoir plus, il est conseillé de se renseigner auprès de la mairie de votre commune. Cependant, il est à préciser que la licence de taxi est actuellement incessible, et ce, depuis l’année 2014. Par contre, les autorisations de stationnement taxis ou ADS qui sont émises avant le mois d’octobre 2014 continuent toujours d’être cessibles. Ainsi, si vous ne souhaitez pas acquérir une ADS déjà existante. Vous pouvez en faire une demande auprès de la mairie ou de la préfecture de police de votre département.

Mais attendez-vous, dans ce cas, à ce que les délais soient très longs, du moins dans la majorité des cas. C’est pourquoi, les nouveaux taxis préfèrent acquérir les vieilles ADS, même si c’est pour plusieurs dizaines d’euros. Par ailleurs, il est aussi possible de louer une autorisation de stationnement, à condition que celle-ci soit émise avant 2014. Enfin, vous pouvez aussi devenir un salarié d’une société autorisée comme taxi fontainebleau, et dans ce cas, vous travaillerez tout simplement comme chauffeur, sans avoir à vous préoccuper des différentes démarches. Vous l’aurez compris, accéder à la profession de taxi n’est pas chose aisée du fait que cela se compense par des règlementations spécifiques et des démarches assez longues.

La carte professionnelle VTC

En ce qui concerne le métier de VTC, les étapes sont en principe plus faciles que celles du taxi fontainebleau. Le plus grand avantage de ce métier est qu’il n’y a pas besoin d’obtenir une ADS. Cela dit, les règlementations qui régies la profession existent mais en moins sévères. Tout le monde ne peut pas devenir VTC, et pour cause, les conditions préalables sont gages de sélection pour ceux qui veulent entrer dans le secteur. Ainsi, il faudra que vous soyez majeur pour exercer le travail ; votre permis doit également avoir plus de trois ans ; et vous devez disposer d’un casier judiciaire vierge. Mais au-delà de ces conditions, le plus important est la formation. Toutes personnes voulant exercer le métier de VTC doivent obligatoirement suivre une formation VTC et passer un examen VTC.

Les résultats de cet examen pourront alors valider les acquis de la formation, notamment dans le domaine de la sécurité, du service clients et des aptitudes en langues étrangères. En effet, le VTC ne nécessite aucune ADS, mais à la place, il requiert une carte professionnelle VTC et cette carte s’obtient en passant l’examen suite à la formation VTC.

Les différentes modalités de fonctionnement

Vous l’aurez donc constaté, les conditions d’accès à la profession VTC et taxis sont largement différentes et présentes des systèmes de fonctionnement différents. Si la règlementation des VTC est assez particulière, elle est certainement plus facile que celle des taxis. Mais pour que vous ayez plus d’idée en ce qui concerne les deux métiers, et pour que vous puissiez choisir celui qui vous convient, voici quelques modalités de fonctionnement qui sont actuellement en vigueur.

Le bloc lumineux taxi :

Un taxi fontainebleau doit nécessairement disposer d’un bloc lumineux sur son toit afin de permettre aux clients de connaître sa disponibilité. Le bloc lumineux est, en effet, le symbole par excellence des taxis français. Et c’est l’élément qui permet aux clients de reconnaître un taxi dans la rue.

Le monopole de la maraude :

Ce système constitue un grand avantage pour les taxis. En effet, il offre  à ces derniers le pouvoir de stationner et de circuler dans les rues, et d’être hélé directement depuis le trottoir. Par contre, pour les VTC, ils doivent obligatoirement être réservés à l’avance, et c’est certainement ce qui explique la croissance florissante des plateformes de VTC.

Les règles de circulation :

Les taxis bénéficient d’un grand avantage sur les règles de circulation. Par rapport au commun des automobilistes, les règles de circulation pour ces types de transport sont dérogatoires. Ils disposent de places de parking réservées dans des lieux stratégiques comme les aéroports, les gares ou les hôtels. Puis, ils ont aussi le privilège de pouvoir circuler sur les voies des bus afin d’alléger les parcours. C’est un grand avantage dans la mesure où ils peuvent raccourcir un trajet en évitant une forte affluence.

Le changement de profession :

La différence entre un chauffeur de taxi et un chauffeur de VTC est que le premier peut parfaitement exercer en tant que VTC, par le biais d’une plateforme par exemple. Mais pour un chauffeur de VTC, il est formellement impossible de travailler comme un taxi.

La tarification :

Pour les taxis, la tarification est fixée par la règlementation par année. Donc, contrairement aux VTC, les taxis ne peuvent pas choisir leurs prix. Ce système de fonctionnement peut être un avantage, mais pour les clients, c’est souvent une source de débat. En effet, dans la plupart des cas, le tarif n’est connu qu’à la fin de la course, sauf en cas de courses forfaitaires. Par contre, pour les VTC, le prix est fixé par la plateforme ou négocié à l’avance, dès la réservation. Ce qui permet aux clients de prévoir leur budget.

Quoi qu’il en soit, VTC ou taxis, les deux métiers présentent chacun leur force et faiblesse. Il revient alors à chacun de choisir ce qui lui convient. Mais sachez que si vous décider le taxi, vous pourrez choisir entre travailler à titre particulier, être salarié d’une société ou monter votre propre société, comme taxi fontainebleau par exemple. Dans tous les cas, vous connaissez maintenant les règlementations et vous pourrez choisir en fonction de votre préférence.


Hébergement web illimité




Laisser un commentaire